Arrivée à Pokhora, ville très différente du souvenir que Guy en avait gardé. Elle semble être devenue une sorte de Bodrum!
En plus, le temps y est très couvert et on ne voit même pas la queue des Annapurna!

Beaucoup de coupures d'électricité(= bisuli chaina).

Les gens ont du mal à faire cuire leur nourriture car ils manquent de gaz, y compris dans les restaurants.

Il n'y a pas beaucoup de bruit dans les rues mais d'énormes queues de véhicules aux rares stations d'essence qui proposent quelques litres.

On se demande bien comment ils tiennent, et si ce blocus peut se terminer.

Quoiqu'il en soit, les sourires sont toujours là..., pour le moment.