Le séisme d'avril 2015 et ses répliques (20 000 supérieures à 4 sur l'échelle!) ont tué, blessé, et créé beaucoup de dommages, même si la plupart des bâtiments sont (apparemment?) indemnes à Katmandou. Certains bâtiments construits près de la Baghmati (fleuve qui traverse la ville) se sont enfoncés de plusieurs étages dans la boue, D'autres se sont en partie effondrés, des chemins présentent des fissures sur plus de 500m de long. Comme la mousson n'a pas été trop forte, elle n'a pas entraîné de glissements de terrain désastreux.

De lourdes conséquences aussi sur les transports, le commerce, la production et l'économie en général. Ashok et Sailendra nous disent que le tourisme a chuté fortement : seulement 30% de touristes par rapport à l'année dernière, beaucoup d'hôtels sont quasi vides.

Cependant nos interlocuteurs estiment que le coût de la crise politique née de l'adoption de la nouvelle constitution est au moins aussi  dommageable: les tensions et manifestations dans le Teraï, le blocus au sud du pays (beaucoup de critiques envers le comportement du gouvernement indien) ont fait bondir les prix. Beaucoup de petites entreprises ne fonctionnent plus, on attend parfois une journée pour une livraison de gaz qui n'arrive pas...

Et la reconstruction ne peut commencer, puisque la fabrication du ciment, des tôles dépend des livraisons venant de l'Inde, dont la frontière s'ouvre sur commande, avec beaucoup de parcimonie.

Par contre, notre projet se précise, nous en avons débattu toute une matinée avec  Ashok et son second, Sailendra. Les villages sont proches de Swara, le pays de Tula, qui revient bientôt de trek. A suivre...